La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

L'association ICI est un lieu de curiosités, de questionnements, de pratiques artistiques et invite à la biodiversité de la pensée.

ICI est une association sous la loi 1901
qui a pour objectif de promouvoir l'interculturalité par la création.

 



Evènements

Expositions

Conférences

Mai 2017 - Août 2017

La France pour vous

         quelles VALEURS ?

 

un été à avignonun été à avignon

    Mai 2016

    L'empreinte du rêve - Art aborigène

     Lire la suite…


16/11/2015

 Journée Internationale de la Tolérance au Lycée Jean Vilar…

Exposition des travaux à la médiathèque de Villeneuve lez Avignon.

Lire la suite

peinture sur toile

 

 

 

10/12/2015

Le dialogue interculturel créatif comme  vecteur de la  tolérance

La Journée Internationale de la Tolérance a habituellement pour objectif de sensibiliser sur les dérives de la nature humaine : guerre, exclusion sociale, esclavage, racisme… Ces dérives s’appuient sur la différence de l’autre et la non-compréhension.

Pourtant, la différence de l’autre est le terreau même à partir duquel jaillit la rencontre de la singularité de chacun voire même certaines complémentarités.

En ce sens la compréhension, l’appréhension de l’interculturalité par l’expression artistique engendre un dialogue interculturel créatif. L’art ayant comme vertu l’abolition des frontières et l’universalité…

À titre d’exemple, nous citerons l’établissement Cours Sainte Marie de Hann de Dakar, exemplaire dans sa démarche d’éducation à la paix (premier établissement scolaire à recevoir le Prix UNESCO de l’éducation pour la paix en 1991).

http://www.mariste.sn/

Conférence présentée par Virginie DUGENET, formatrice en Sciences de l’Education sur le Fait religieux et l’interculturalité ; enseignante en Arts Appliqués.

 

 

 

 

 

 

 

 
   
 PETITS PHILOS, pourquoi ?

Nos expériences auprès des enfants nous ont révélé la pluralité, la spontanéité de leurs questionnements : d’où vient-on ? C’est quoi la peur ? Qu’est-ce qu’être grand ?… 
La manière de penser des enfants est vive, intuitive mais cherche souvent une réponse unique voire définitive.

La philosophie pour enfants s’appuie sur leur intériorité jaillissant en interrogations pleines de sens. Elle ne cherche pas à répondre immédiatement, mais invite les enfants à développer leur questionnement, la complexité, l’ouverture aux autres en acceptant les divergences d’opinions, les valeurs, les idées des autres.

Les enfants sont amenés à s’exprimer sur leurs expériences afin d’apprendre à se connaître. La philosophie pour enfants donne la liberté de douter, de questionner tout en favorisant la rigueur du langage et du dialogue.

Les enfants sont dans la vie ! Ils aiment bouger, jouer, détruire, créer. Ils sont dans la théatralité. Ainsi, d’une part les ateliers sont accompagnés d'outils pédagogiques ludiques mais qui ont du sens : les rouleaux du tempsChronos (notre horloge), Monsieur Scribe, le bâton de parole, les idées-du-dé. D’autre part, nos ateliers mixent un temps de réflexion, de dialogue et un temps de création (art plastique, chant…) illustrant la question du moment.
 

Papa, comment on fait les bébés ?

http://www.dailymotion.com/video/xbwq29_pub-lait-lactel-1990_creation 

 

 

 

(Papa lit le journal)

« Papa c’est quoi cette bouteille de lait ? »

(Papa continue de lire le journal)

« Papa c’est quoi cette bouteille de lait ? »

(Papa lit toujours le journal)

 

« Papa comment on fait les bébés ? »

(Papa arrête de lire le journal)

 

Enfin une question intéressante ! Il faut donc y répondre !

« Alors cette bouteille de lait… »

La question était dérangeante !

Tous les parents sont confrontés à ces questions déstabilisantes, déroutantes. Par manque de temps ou d’arguments, le parent balaie la question d’un geste vague, l’évite en changeant de sujet ou pire, se replie en territoire connu de la réponse « tu es trop petit, tu apprendras ça quand tu seras grand ».

Pourtant, ces questions sont essentielles et démontrent une intériorité riche et active chez l’enfant.

Les ateliers PETITS PHILOS et GRANDES QUESTIONS invitent les enfants à poser des questions, à appréhender la multiplicité des réponses (face à la réponse unique cherchée), à débattre sur des points de vue, à écouter les autres, à enrichir le dialogue, à travailler dans la rigueur sur l’écoute des autres et de soi ; finalement, à exprimer son intériorité et sa singularité.

 

- La philosophie pour enfants, pour se prendre moins au sérieux !

Contrairement aux idées reçues, la philosophie n’est pas une notion abstraite, théorique réservée aux élites et abordée qu’en dernière année du lycée, dans une dissertation…

Elle vise à construire une sagesse.

La philosophie pour enfants invite les enfants à philosopher eux mêmes.

La philosophie ne consiste pas à donner une réponse mais à ouvrir au questionnement, à la curiosité, à l’émerveillement… En ce sens les enfants ne sont-ils pas les premiers philosophes ?

Papa, « C’est quoi être grand ? D’où vient-on ? C’est quoi avoir peur ? Peut-on tout savoir ? Pourquoi y a t-il des méchants ?… »

Et les « grands » qui se prennent tellement au sérieux refusent ou ne savent comment répondre aux enfants…

Il y a de la légèreté dans le questionnement des enfants parce qu’il y a de la vie !

Il y a du cœur dans le questionnement des enfants parce qu’il y a de la vie !

Il y a de la confiance dans le questionnement des enfants parce qu’il y a de la vie !

Il y a du sens dans le questionnement des enfants parce qu’il y a de la vie !

 

Répondre à cette énergie vitale, c’est répondre à leur curiosité, au sens de leur existence, à leur singularité, à leur autonomie, à leur capacité de questionner encore et encore…

C’est apprendre à s’ouvrir aux autres en découvrant leur culture. C’est apprendre la liberté de penser et de créer.

 

Pour conclure, écoutons ces mots d’Epicure : «  Même jeune, on ne doit pas hésiter à philosopher. Ni, même au seuil de la vieillesse, se fatiguer de l’exercice philosophique. Il n’est jamais trop tôt, qui que l’on soit, ni trop tard, pour l’assainissement de l’âme. Tel, qui dit que l’heure de philosopher n’est pas venue ou qu’elle est déjà passée, ressemble à qui dirait que pour le bonheur, l’heure n’est pas venue ou qu’elle n’est plus. Sont donc appelés à philosopher le jeune comme le vieux. Le second pour que vieillissant, il reste jeune en biens par esprit de gratitude à l’égard du passé. Le premier pour que jeune, il soit aussi un ancien par son sang-froid à l’égard de l’avenir. En définitive, on doit donc se préoccuper de se qui crée le bonheur s’il est vrai qu’avec lui nous possédons tout, et que sans lui nous faisons tout pour l’obtenir. » Epicure (Lettres à Ménécée)